Insomnie chronique

L’insomnie chronique est le phénomène d’insomnie qui dure le plus longtemps, puisqu’il se caractérise par des troubles du sommeil pouvant durer plusieurs mois, voir même plusieurs années.

Parmi les différents cas d’insomniaques chronique, on retrouve 2 catégories principales: ceux dont l’origine de l’insomnie est psychophysiologique et ceux dont l’origine est secondaire à une pathologie psychiatrique ou organique.

Insomnie d’origine psychophysiologique

Les personnes qui souffrent de ce type d’insomnie commencent généralement leur nuit assez bien, avec une période de sommeil de plusieurs heures. Seulement, à un moment donné de la nuit (qui peut être très variable), ils se réveillent sans raison apparente et s’ensuit alors une période de sommeil très perturbée, avec de nombreux réveils durant la nuit et des difficultés à se rendormir.

En fait, les personnes qui souffrent d’insomnie chronique d’origine psychophysiologique ont également du mal à s’endormir lorsqu’ils en ont envie, ceci étant aussi lié à leur crainte de ne pas pouvoir s’endormir assez rapidement, alors qu’il leur arrive parfois de somnoler durant la fin de la journée.

Des études récentes ont également montré que les personnes souffrant de ce type d’insomnie chronique ne montraient pas plus de signes de somnolences en début d’après-midi que les personnes qui présentent un sommeil normal. Au contraire, il s’avèrerait que ceux-ci sont plus éveillé.

De là, est naît une théorie expliquant que leur problème d’insomnie chronique pourrait être lié à un problème d’éveil excessif plutôt que d’une gêne de l’endormissement à proprement parler.

Si vous vous reconnaissez dans ce genre de trouble, il est malheureusement encore difficile de trouver un remède efficace à ce type d’insomnie. Certaines personnes reportent quand même une nette amélioration grâce à l’utilisation de produits naturels pour dormir, c’est à dire à base de plantes tranquillisantes ne perturbant pas le cycle circadien.

Insomnie suite à une pathologie psychiatrique ou organique

Comme déjà indiqué dans d’autres articles, insomnie et dépression sont souvent lié. Pour ce qui est des personnes dépressives, on remarque que les phases de sommeil sont bouleversées puisque le sommeil paradoxal (phase courte de sommeil agité) arrive plus tôt chez les personnes dépressives et augmente donc la fragmentation du sommeil.

De plus, comme cette phase s’allonge par rapport à un sujet normal, les personnes souffrant d’insomnie chronique de ce type auront moins de temps de sommeil récupérateur.

Si une maladie parvient a atteindre le système nerveux central (comme c’est le cas avec Alzheimer ou Parkinson), là encore, les phases du sommeil peuvent être perturbées. Le plus souvent, les différents stades du sommeil sont plus courts et l’insomnie se développe avec des réveils très fréquents, de durées variables.

Dans certains cas, très rares, l’insomnie devient quasi totale et l’homme n’arrive plus du tout à s’endormir, s’éffondrant durant une période de 5 à 15 minutes, à n’importe quel moment de la journée ou de la nuit. Fort heureusement, ce type aigu d’insomnie chronique ne se présente que très rarement.

Conclusion

Comme vous avez pu le constater, il existe différents types d’insomnies chroniques. Cependant, ces insomnies se traduisent presque toujours par une alteration des cycles circadiens classiques, empêchant les personnes souffrant de ces problèmes de dormir correctement.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *