L’insomnie fatale familiale

L’insomnie fatale familiale (IFF) est une forme de trouble du sommeil très rare. Elle est néanmoins mortelle, et puisqu’elle est une maladie neurologique génétique, elle est héréditaire. Quoi qu’il en soit, elle entraine toujours la mort de la personne affectée.

Qu’est-ce que l’insomnie fatale familiale ?

L’insomnie fatale familiale se manifeste par de graves insomnies et empêche littéralement le patient de dormir. Nous savons que le sommeil est une des plus importantes phases de notre vie et dormir est donc aussi nécessaire que manger, boire ou respirer.

C’est au cours de cette phase que notre corps se repose et que la mémoire accumule les évènements que nous avons vécus. C’est également pendant que nous dormons que notre organisme passe en mode repos.

Ne pas dormir revient à faire fonctionner nos organes internes 24 heures sur 24, et à la longue, cela les fatiguera, les endommagera et les détériorera.

Le manque de sommeil entraine par conséquent des conséquences néfastes sur notre santé et provoque des troubles de l’attention. Cela entraine également des troubles de la mémoire, des difficultés d’apprentissage, des hallucinations, etc.

En général, cette maladie neurologique apparait aux alentours de la quarantaine et la cinquantaine, mais elle se manifeste essentiellement chez les personnes âgées. Elle est caractérisée par des troubles des rythmes circadiens c’est-à-dire des perturbations au niveau de la cadence éveil-sommeil.

Par conséquent, le patient concerné ne s’endormira qu’au matin, et il se réveillera en plein milieu de l’après-midi. Plus tard, le trouble engendrera des problèmes de la motricité, suivis d’une démence difficilement contrôlable.

Les conséquences de l’insomnie fatale familiale

La première manifestation de l’insomnie fatale familiale est que le malade aura de graves difficultés à trouver le sommeil. Aucun remède ne sera efficace pour y remédier même pas les somnifères pharmaceutiques.

Pendant les quatre mois qui suivront l’apparition de la maladie, le patient fera des crises d’angoisse et sera sujet à des phobies, des peurs irrationnelles, etc.

Le manque de sommeil se fera sentir cinq mois après la première étape de l’affection. C’est également pendant cette période que les hallucinations vont peu à peu faire irruption dans sa tête.

L’insomnie totale proprement dite n’aura lieu que pendant la troisième étape de la maladie et le patient verra alors ses performances intellectuelles baisser progressivement.

A la quatrième et dernière étape de l’IFF, le patient tombera dans le coma puis la mort, quant à elle, surviendra après quelques mois, parfois quelques années.

Que sait-on à propos de cette maladie ?

L’insomnie fatale familiale a été identifiée pour la première fois en Italie en 1986. Puisqu’elle est une maladie rare, on ne recense qu’une trentaine de famille qui possède le gène responsable de ce problème pour dormir dans le monde.

Par conséquent, un enfant dont le père ou la mère est atteint d’IFF a 50 % de chance pour être, lui aussi, atteint de cette pathologie. C’est la raison pour laquelle on qualifie l’insomnie fatale de familiale.

Malheureusement, aucun remède n’a encore été mis au point pour vaincre l’IFF. De même, il n’existe aucune mesure préventive pour éviter d’en être affecté.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *